AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
World's Finest by Chris Egiziano on Grooveshark



Votez toutes les deux heures et gagnez des DCoins ! (n'oubliez pas d'inscrire votre pseudo pour que vos votes soient comptabilisés !)



 

Partagez | 
 

 helena rosa bertinelli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
♦ Messages : 94
♦ DCoins : 475
♦ Localisation RP : Gotham City

Feuille de personnage
Points de Puissance: 121
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: helena rosa bertinelli    Dim 8 Mar - 13:57






♦ Prénom(s) & Nom(s) : Helena « Rosa » Bertinelli

♦ Pseudonyme : Huntress

♦ Faction  : Justicière

♦ Ville de départ : Gotham City.

♦ Sexe : Femme

♦ Âge : Dix-neuf ans

♦ Lieu de Naissance : Gotham City

♦ Orientation : Bisexuelle

♦ Situation :  Célibataire

♦ Métier : Serveuse dans un restaurant la journée, serveuse le soir dans une boite le soir.




Résumé d'une histoire plutôt longue


« Ça aurait pu être plus simple Maria ! Tellement plus simple ! » Franco hurlait comme un fou, habité par une émotion indescriptible positionnée entre bonheur et colère. Par moment il prenait un objet, le soulevait avec violence pour le reposer délicatement, fixant le bébé. Des larmes coulaient sur ses joues, frustré de ne pas être le géniteur de cette enfant. « Franco, les circonstances étaient différentes et tu le sais ! » Maria quant à elle semblait bien plus sereine, tenant contre elle le nouveau-né. Sortie de deux d'infiltration dans la mafia espagnole, Maria portait l'enfant de Cassamento, leur chef. Tout ne s'était pas passé comme prévu : quand il découvrit qu'elle était la femme de Franco, espionnait ses faits et gestes depuis presque deux ans en couchant avec lui chaque soir, celle-ci éprouvant dégout et horreur lorsqu'il entrait en elle, tel un couteau dans du beurre, il abusa d'elle une dernière fois pour lui laisser le goût du déplaisir. Ce qui n'était pas prévu c'était l'enfant qu'elle avait porté pendant neuf mois sans s'en rendre compte. « Franco, je t'en supplie, ne me force pas à partir parce que tu ne veux pas d'..» Il coupa court sa femme et imposa son silence. « Je ne serai pas son concepteur, certes, mais elle sera ma fille, mon bébé, ma princesse et je serai son père. Et personne ne me l'enlèvera, personne. A morte. » Pas une seule seconde il quitta des yeux l'enfant, pas une seconde la sincérité de son regard ne fut remise en cause.

Les années passèrent, avec la même sincérité et un amour grandissant pour sa fille, la princesse de Gotham. Tous les membres savaient pour la gamine, ils ne l'avaient pas caché longtemps à leurs frères d'armes, de toute manière c'était évident ; en rien elle ne ressemblait à Franco. Blond presque platine, elle était brune ténèbres, il était du genre regard froid et tout en elle montrait une chaleur de vivre.. Pourtant, quelque chose ralliait les deux êtres : un amour inestimable. Helena grandit avec les armes et l'envie de faire le bien dans un monde de souffrances, des hommes qui partaient et ne revenaient jamais le soir.. Des trafics perpétuels qui m'étaient son père dans une transe foudroyante.. Une vie qui la dégouta vite de son semblant d’existence, pourtant heureuse avec eux, mais qui la privait de la liberté, de connaître une vie paisible. Maria prenait davantage de distance pour protéger sa fille, mais tout semblait vouloir l'en empêcher et le destin voulu que Cassamento soit bien plus qu'un spectateur.

Les jours qui suivirent la menace de Don Santo furent les plus longs de sa vie. Tous s'agitèrent avec précipitation pour faire face à la mafia espagnole, mais ils s'étaient reposés sur leur laurier depuis trop d'années. L'attaque fut brève. Tandis que Maria avait fuit avec sa fille pour la mettre à l'abri et l'envoyer en Sicile, elle se mit à douter de ses choix avant le départ de l'avion et l'abandonna à son frère, avec l'espoir de pouvoir à nouveau la serrer dans ses bras. Elle fut assassinée comme tous les autres, sans états d'âme, par les hommes de Cassamento. Jamais elle ne put à nouveau la blottir contre elle. Dans tout ça, Helena s'est retrouvée entre les mains de ses cousins qui forment un gang d'assassin très influent sur l'île. Seule face à ses hantises, ses cauchemars, qui sans cesse passent en boucle dans son esprit, lui montrent à nouveau les coups de feu qui ont mis à terre son père.. Les nuits sont courtes, les hurlements l'accompagnent.

Là encore les années passent, avec un entrainement intensif autant psychologique que physique. La jeune femme se transforme. Elle commence son entraînement à dix ans et le termine à ses dix-neuf. Pendant ce temps, elle y apprend l'art du combat au bâton, celui du corps à corps à son extrême et de manière plus précise, l'analyse en sa généralité. Son intelligence ne s'est pas perdue, loin de là.. La perspicacité naïve s'est simplement transformée en volonté de changer le monde à sa manière.
A la fin de son entraînement, elle rentre à Gotham et commence son immersion dans la mafia, avec pour but de les éliminer un à un.. Elle choisit le nom d'Huntress, et défis quiconque remet en cause son grade de chasseuse des ténèbres. Si plusieurs meurtres sont à son compte depuis sa récente arrivée, pour autant, elle agit parfois en bonne âme et leur laisse la vie sauve afin qu'ils pourrissent en taule et réfléchissent à leur destin bien morose..




Un Souvenir Marquant


Ressent-elle la douleur lancinante, celle que vitupère son exuvie lasse ? Elle ne discerne guère l’éreintement de son âme, qui s’essouffle par la rigueur de cet oaristys passé, trop ébréchée, trop abimée. Une main blafarde rehaussa le drap, couvrant tout au plus ses hanches esquissées de formes fabuleuses. Seule l'aurore fraiche et ses faisceaux de lumière ardents, couvraient sa poitrine dénudée. Marquée de meurtrissures, d'éraillures et de stigmates commises par la ferveur de l’albâtre, sans évoquer celles se trouvant au-delà de son ventre, entre ses cuisses, la belle n'était plus que la conclusion d'ébats voraces.. Et lorsqu'un rayonnement frôla son gracieux visage, ses iris azures se dévoilèrent. La jeune femme s’éveillait.  « C'est quand qu'on remet ça ? » Au fond, Hel savait que ce qu'elle venait de faire avait été utile pour amadouer ce salopard de première. Un mafieux, un gars avec beaucoup de sang sur les mains et sûrement celles de beaucoup de femmes dont il a profité, avec peu de délicatesse. « Jamais. » L'homme rigola, ironiquement. « Mamacita, ma douce perle.. On ne me dit jamais non. Je hante déjà ton esprit ma belle.. Tout au plus, il l'a dégoutait.. Son odeur sur les draps fit monter en elle la nausée, le souvenir de ses mains caressant sa peau la fit trembler d'aversion et la marque de ses morsures sur son corps imposa une rupture sèche de son calme. Son imprévisibilité prenait toujours le dessus. Elle pensa à sa mère, à son père.. Son enfance en Sicile et les nombreuses fois où elle se promit de tous les tuer un par un, à petit feu. La colère, la haine, la tristesse... L'horreur parcouraient ses veines, montaient pour la pousser à déflagrer. « Jamais ! Jamais !!! » En trombe, elle sortie du lit et attrapa le chandelier qui trainait sur sa commode. « Mamaci..» Coup sec, puissant, ferme. Il tomba raide mort, le crâne fendu. Pourtant, la douleur ne partait pas même après cet acte inhumain ; Hel ressentait le besoin de frapper, de tout casser sur son passage.. de délivrer sa frustration. Plusieurs coups, violents et massifs, suivirent le premier. Un monstre se découvrait là, se dévoilait peu à peu. Helena devenait une autre femme, portée par la destruction et le plaisir de heurter un corps encore chaud, celui du sang éclaboussant son visage.. Un sourire se fixa à ses lèvres, puis des larmes, de lourdes perles qui fendaient son visage d'une beauté cruelle. C'était sa première fois. Il était le premier sur une longue liste.. Et son cœur en devint noir.

Le chandelier tomba sur le sol, tout comme la jeune femme, épuisée par son œuvre. Le souffle presque éteint, à la lueur d'un battement de cœur exténué par tant d'animosité, la belle perdait de sa vigueur à l'étreinte de la douleur. Donner son être à une telle rage et voracité, cela ajouté à une soif qui ne voulait cesser d’accroître, l'avait éreinté. « J'ai fais ça.. J'ai.. » Sombrant dans un sommeil profond, elle passa la journée allongée sur un corps meurtrit, plongée dans une flaque de sang à l'odeur maintenant si familière à son être. Le soir venu, elle se débarrassa du corps dans le fleuve, le corps brisé et déposé dans un sac à gravas, accompagné d'une bonne dose d'acide. Quelque chose habitait la jeune femme, le besoin de vengeance, mais plus jamais d'une manière aussi monstrueuse.




Vos Convictions ?

« Mamma, perché vogliono ucciderci ? » A ce temps là, son anglais n'était pas parfait et ses parents lui parlaient exclusivement italien. Helena n'allait pas à l'école ; la princesse de la grande mafia italienne de Gotham n'avait rien à y faire, « elle apprendra avec les armes » disaient-ils. Pourtant la gamine était perspicace, avec QI sûrement plus élevé que la moyenne et d'une logique déroutante. Alors quand quelque chose lui paraissait absurde, elle posait la question texto. Cette fois-là, c'était différent.. Elle posait sa question, avec un calme perturbant, comme face à un dilemme qu'elle ne pouvait résoudre par ses simples moyens intellectuels, dans une situation où la mort frappait à coup de balles.. « Parce que Cassamento veut reprendre sa fille.. Cara, il futuro sarà complicato. Sarò sempre nel tuo cuore. » La première partie fut incompréhensible pour elle mais la seconde.. Sa mère bisouta son front, le visage fendu de larmes, et la laissa aux mains de son frère. Jamais elle ne la revit, gardant pour toujours l'image de sa mère bouleversée. Helena, de ce jour, fut marquée au fer rouge par l’avidité de la vengeance et du malheur.

Le besoin insatiable de se venger pour sa famille la porte depuis qu'on lui a ôté sa famille, pourtant criminelle.. Et c'est sûrement ça qui la pousse à faire la guerre aux mafieux, pour tuer les assassins de ses pères, ainsi que d'en finir avec ces perpétuels conflits qui tueront toujours plus de mère, de père, de frère et d'amis, laissant des gens malheureux et détruis derrière eux. Helena ne souhaite qu'aucune personne n'en arrive à haïr, à détester comme elle peut aujourd'hui le ressentir, au point de se consumer de l'intérieur, à en avoir les mains ensanglantées par sa tristesse inappréciable. Dans tout ça, on ne peut oublier le fait qu'elle souhaite tuer son géniteur, de ses propres mains et n'excusera personne qui le fera à sa place.. Oh que non.



Quels genres de pratiques ?

« Je dirai rien, salope. » Beaucoup de fierté pour un si petit homme, ça ne le perturbait pas de se retrouver à 200mètres du sol, penché au-dessus du vide. Alors il fallait passer à une autre manière : arrêter le bluff. « Pff.. Ok. » Et elle lui brisa le poignet d'un coup de barre en métal. Il hurla mais ne dit toujours rien. « Continue bâtarde, continue ! » Pour son bon plaisir, elle continua et lui planta un couteau dans la cuisse. Il ne céda pas. « T'es un dur à cuire, alors tu vas mourir. Je trouverai quelqu'un de plus ouvert à la discussion. » D'un coup de pied, la chaise bascula dans le vide, dégringolant à une vitesse folle. Helena retenue la corde qui maintenant la l'homme. « OKAY OKAY !!! IL A CACHE LES ARMES DANS LE SOUS-SOL D'UNE BOULANGERIE. » Comme-ci c'était suffisant. Elle détendit la corde. « Laquelle ? » Sans réfléchir il déballa tout. « Celle qui fait des spécialités espagnoles, dans le sud proche du fleuve » La seconde d'après, il se retrouva la gueule éclatée sur le bitume. « Trop lourd à remonter.. »

Tout ce qui peut satisfaire ses attentes est bon à prendre, hormis celle de toucher autrui pour plier une personne. Au fond, même-ci Helena manque d'empathie, celle-ci garde toujours en elle un bon côté, quelqu'un qui veut faire le bien et prend conscience qu'un dommage collatéral n'est pas admissible pour faire de bonnes choses, que seul les méchants doivent mourir.  C'est ça, qui fait d'elle une justicière.




Vos Craintes et rejets

« Je suis une princesse sculptée dans le marbre, plus douce qu'une tornade, invulnérable comme un tsunami. La haine m'a bercé, comme une mélodie contant ma douce histoire de démences et de péchés. Elle n'a jamais cessé d'être en moi, une cicatrice qui ne veut guérir : cette lueur dans mes yeux qui ne s’estompe guère et qui se ravive par mon impulsive façon d'être. Je suis une tempête, un typhon insatiable. »

La peur de ne jamais pouvoir tuer Cassamento. Au-delà de ça, c'est plus une peur de ne pas pouvoir contrôler ses désirs de vengeance et d'aller trop loin dans ses démarches, jusqu'à tuer des innocents. Quelque part elle se bat pour libérer ces gens et si elle venait à les blesser, jamais elle ne se pardonnerait pas.. Elle veille d'abord au civils avant son but, bien que si c'était Don Santo en face, elle ne sait pas si ce serait le même cas de figure.

Il y a la peur, celle qui viendra après celle de son combat acharné , lorsqu'elle aura mit un terme à la mafia et qu'elle se retrouvera seule, sans rien.. C'est quelque chose qui perturbe profondément son âme. Cette femme vit pour la vengeance, pour le désir de voir mourir les méchants : mais après ça, il y a quoi ? Qu'est-ce qui l'attend..




Des capacités hors du Commun


« Frappe plus fort Rosa ! » Alors elle frappait plus fort, les poings à sang, le visage boursouflé des coups qu'elle prenait, sans broncher, acquiesçant avec un regard déterminé. Cette fois-ci elle avait le dessus sur Sal, ce qui n'était jamais arrivé auparavant. Une gauche bien décochée, il tenta de l'éviter mais elle surenchérit avec un coup de paume en plein dans le sternum. Il crache, essoufflée, et Hel reprend, un genoux placé dans son abdomen alors qu'il se plie de douleurs et un coude placé sur sa nuque pour définitivement le mettre ko. Pourtant, à une vitesse incroyable, Sal la plaqua au sol, complètement sonnée par le fracas produit. « DEBOUT ! » Oui, debout. Plusieurs fois elle tenta, avec force et fermeté.. C'était trop dur, trop fatiguant.. « Et lorsqu'ils te violeront, te monteront dessus et te chevaucheront en te considèrerant comme un simple vide couilles plutôt sé...» Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il sentit comme une aura de haine et d'horreur l'étouffer, l'opprimer, et pire encore quand il constata que cela provenait de sa cousine. Déstabilisé, il tomba sur le cul et elle le saccagea de coups, jusqu'à qu'il ne puisse plus se relever, qu'il ne puisse plus en placer une.

L'aura glaçante, le regard menaçant.. Au premier regard, la jolie Hel ne fait pas pâle figure et s'impose dans la cour des couillus insidieux. Son entraînement, durant 7 ans en Sicile, l'a confronté à bien plus qu'un cousin aux paroles insoutenables et à des coups de poings de morveux. Pendant tout ce temps, elle a acquit des capacités hors du commun dans les art martiaux et davantage dans le combat au bâton. Arme fantasque pour certain, pour la justicière de l'ombre c'est celle de prédilection. Ajoutons à tout ça une intelligence redoutable et une analyse profonde des situations auxquelles elle fait face, couplée à un corps à corps parfaitement exercé.




Des Points Forts & des Points Faibles


Elle est brute de décoffrage et très impulsive. Le fait d'agir de manière sans cesse abruptement la rend parfois incompréhensible pour certains et ça lui joue souvent des tours au niveau du relationnel.. La chasseuse frappe avant et discute après, ça remet les idées en place sois-disant. La haine la porte et la rend inusable, impossible à tordre ni à plier. L'audace d'une femme qui aime le combat, l'adrénaline et qui n'a pas froid aux yeux. Sous toutes ses formes, c'est une qualité qui arbore le simple quotidien aux situations les plus périlleuses. La détermination la rend presque surhumaine. C'est aussi une femme qui sait avoir de la tendresse mais qui détient peu d'empathie pour autrui..




Et votre costume ?

Le choix du costume fut vite fait : sobre, sombre.. L'ensemble est violet, tranché par une ligne blanche qui rappelle peut-être son côté bon dans un amas de ténèbres.. Cette lueur qui lui impose de garder une part admirable et juste. Le costume lui colle au corps et ne s'ajoute pas une cape qui pourrait l'encombrer. Huntress masque son visage, de peur que son père la reconnaisse.. Pour se prouver que sans masque c'est une femme comme une autre, sûrement. Bâton qui se cale dans son dos ou sinon à la main.




Et derrière l'écran ?


Pseudo : Bely.
Sexe : Fem.
Âge : Bu.
Commentaire sur le forum ? J'ai bâclé certains passages..







Dernière édition par Helena Bertinelli le Jeu 12 Mar - 23:39, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 253
♦ DCoins : 573

Feuille de personnage
Points de Puissance: 240
Liste des Aptitudes & Niveaux:
Ϟ White Widow Ϟ
MessageSujet: Re: helena rosa bertinelli    Dim 8 Mar - 14:14

Re re re re re re */me respire* re re bienvenue Razz

Tu connais la chanson ou la musique.
A bientôt et bon courage !

p.s: très beau souvenir marquant

______________________


Melanie Brown
La Veuve Blanche de Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 515
♦ DCoins : 371
♦ Localisation RP : Gotham City

Feuille de personnage
Points de Puissance: 273
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: helena rosa bertinelli    Ven 13 Mar - 9:55

Validation Prez/Rp/Pnj ;

Salut Helena, je peux enfin passer valider ta présentation, depuis le temps que j'attends ça o/

Alors alors, on commence par la forme, d'abord. Ton style en général se lit vraiment très très bien, tu as une façon d'écrire fluide et souple, avec un vocabulaire particulièrement riche qui permet de faire passer des émotions plus précises et profondes. Top. Complètement top.
En revanche, je vais commencer à râler maintenant. Il te manque une relecture, ça, j'en suis sûr. L'heure à laquelle tu as terminé ta prez me le prouve largement, d'ailleurs : t'as pas pu te relire dans des conditions idéales. J'ai retrouvé quelques fautes grossières, comme des "sa" remplacés par des "ça", des oublis de mots, des ponctuations un peu hasardeuses par moment et je crois même me souvenir d'avoir plusieurs fois soufflé parce que tu mettais un infinitif à la place d'un participe passé. Rien d'insurmontable, puisque ça pue la relecture pas faite, mais quand même, c'est dommage... Gné

Pour le fond maintenant. Une histoire très courte (qui a parlé de bâclée ?) mais qui fait son office. J'aurais quand même beaucoup aimé que tu approfondisses plus ta bio, que tu nous parles des motivations de ta mère.
Pourquoi les Siciliens enverraient-ils ta maman s'occuper de l'infiltration dans la mafia espagnole ? Quelle est la nature de la menace de Don Santo ? Quels postes exactement occupent tes parents dans la hiérarchie ? Quelle ampleur possède réellement Cassamento dans Gotham ?
Des questions auxquelles, je pense, une petite explication aurait été nécessaire pour vraiment rendre ton histoire intéressante et compréhensible.
A part ça, j'ai particulièrement aimé le reste de ta présentation. L'entrainement, le meurtre en mode #aftersex , les flashbacks utilisés pour remplir le reste de ta fiche... C'était bien. Dommage que ta bio, elle, manque de contenu, parce que tu as réussi à exploiter les autres facettes de TA présentation (oui, quand je dis ta, je veux dire dans tous les sens du terme).
D'ailleurs, il y a un point que j'ai particulièrement aimé : ta réappropriation véritable du personnage. J'ai l'impression de te sentir, toi, un peu, derrière Helena, et je me dis que j'aimerais pas te croiser avec un baton ou un costume (ou une barre de fer, if you see what I mean) et vénère, en vrai. Ouaip. Classe.

M'enfin bref, je vais donc partir sur du 75 PP de mon côté. Tu aurais pu avoir beaucoup plus avec une relecture et une bio plus conséquentes. Bonne attente du second avis ! Des bisous.



______________________






C'est qui le patron ?:
 

#FF1A1A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 253
♦ DCoins : 573

Feuille de personnage
Points de Puissance: 240
Liste des Aptitudes & Niveaux:
Ϟ White Widow Ϟ
MessageSujet: Re: helena rosa bertinelli    Sam 14 Mar - 18:12

Validation Prez

serveuse le soir dans une boite le soir.  => Razz

Alors je viens pour valider ta présentation.
Je n'ai rien de plus à dire que Dick au final. Il a fait le tour et les détails.
Rien à rajouter sur la relecture manquante.
Comme d'hab, je connais pas ce personnage, mais ta présentation m'a plu et je l'ai lu sans sourcilier. Entrainante, riche en émotions et rebondissements, en d'autres termes: complètes.
Pour ma part, je n'ai pas trouvé qu'il en fasse plus. Ce qu'on a suffi à comprendre la délicate situation dans laquelle se trouvait ta famille et pourquoi cette haine envers les mafieux (Cassamento et cie).

Franchement, j'aimerais bien dire quelque chose de plus, mais, Dick m'a coupé l'herbe sous le pied.
Donc j'enchaîne directement à la note:
Et je partirais sur du 80 PP. La raison de ces 5 pp supplémentaires ? Le fait d'avoir des mini-passages rp dans des catégories souvent mises au second plan Smile

Ce qui fait une moyenne de 78 pp


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: helena rosa bertinelli    

Revenir en haut Aller en bas
 

helena rosa bertinelli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Infiltation a la mafia : Dela Rosa
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» [BSG] Extension
» Entrevue avec Helena et Jake, futur mariés
» Helena Suzanns (Xtrem Zombie Hunter)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World's Finest :: Gestion du Personnage :: Présentations :: Présentations validées-