AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
World's Finest by Chris Egiziano on Grooveshark



Votez toutes les deux heures et gagnez des DCoins ! (n'oubliez pas d'inscrire votre pseudo pour que vos votes soient comptabilisés !)



 

Partagez | 
 

 Let's have some FUN !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Let's have some FUN !   Mar 10 Mar - 16:58






♦ Prénom(s) & Nom(s) : John Doe... ou l'anonyme donné en Europe de l'est.

♦ Pseudonyme : The Joker, The Prince Clown Of Crime,

♦ Personnage inspiré de : Joker

♦ Faction  : Criminels

♦ Ville de départ : Gotham City

♦ Sexe : Où il faut

♦ Âge : Euuuuh...

♦ Lieu de Naissance : Un pays disparu

♦ Orientation : S'il savait seulement...

♦ Situation :  Possède Harleen Quinzel

♦ Métier : Meilleur ami de Batman, Hahahaha !




Résumé d'une histoire plutôt longue


15 lignes minimum




Un Souvenir Marquant


« Have ''you'' ever had a real bad day ? »
Allongé et sanglé sur une table d'évaluation psychiatrique glacée, la camisole le démange. Elle sent encore l'urine et l'aliénation de son précédent occupant. Ses yeux couleur acide tremblent de frustration, d'excitation alors qu'ils contemplent au loin une folle aventure ou les souvenirs impérissables d'une rencontre magique. Ils valent bien mieux que le plafond humide et sombre, victime d'une éruption cutanée et couvert de microscopiques fonges. La ventilation tourne lentement, découpant cette salle d'interrogatoire de son ombre. Comment en est-il arrivé à moisir dans ce trou méphitique qu'est la prison de Blackgate ? « Vous, plus que les autres, devez savoir qu'il n'y a rien de plus cruel que la mémoire. Ces petites piques d'éclair, indésirables rabats-joie hurlant au travers de vos synapses. Huhu. Impossible de leur fuir. Inamicaux. Vous ne pouvez même plus vous enfuir dans la folie ! Hahaha !
« Et puis vous rencontrez quelqu'un. Et vous ne savez plus ce que vous ressentez. Ni qui vous êtes. N'est-ce pas amusant de constater qu'une seule rencontre peut littéralement déchirer votre passé en petits morceaux, déformer votre mémoire jusqu'à ce que vous deviez repenser votre entière personne – et lorsque vous réalisez à quel point c'est inutile et idiot, vos rires se réverbèrent sans écho contre les murs de votre propre vide... »
Et cette psychiatre de répondre par quelque chose qu'elle pense maîtriser après quelques années le nez plongé dans les livres. Autant sa voix peut être agréable autant son évaluation est d'un banal, d'un ennui délicieux – hihi. Incapable de s'en prémunir, l'interrogé se plonge dans les lointains souvenirs – s'ils sont bien les siens – d'un passé peut-être éventuellement distant, au fond d'une ruelle sombre et poisseuse où ses pas le fond déambuler dans l'incertitude. Il reprend alors le contrôle de cette soit-disante évaluation psychiatrique : « Vous savez, Doc, pendant longtemps je pensais le Destin comme étant le vrai mal – prédéterminé – pas par une force supérieure loin là haut dans les nuages – huhu – mais par les lois de la nature de l'homme. Mais cette nuit... tout a changé. N'avez vous jamais songé que votre vie entière avait été construite pour atteindre ce pinacle, cet instant fatidique précieux ? Ce soir j'ai réalisé que toutes les batailles, la brutalité, les mauvais jours – c'était la main du Destin au travail. Aujourd'hui je comprend. Il n'y a pas de rencontres hasardeuses, pas de coup de poker dans la vie. Cela devait arriver. Tout m'a conduit à celui que j'ai rencontré ce soir. Oui. J'ai rencontré quelqu'un de nouveau ce soir. Et cela a tout changé.
- Changé ? demande l'analyste clairement curieuse, cherchant vainement à comprendre le sentiment d'un être au delà du réel – bien au delà des convictions de Freud et Jung.
- Absolument, répond-il pour... la ménager ? Réalisez-vous dans quel vil monde nous vivons ? Toute cette souillure et ces débris à traverser par vous-même ?
- C'est une vie solitaire, non ?
- Oui ! Oui ! Vous comprenez, Doc ! Même dans une foule noire d'êtres aussi dérangés que vous, vous pouvez frapper, mordre, hurler jusqu'à en faire éclater vos poumons, personne ne semble s'en soucier. C'est comme si vous n'existiez pas. Je me sens... Parfois je me sens piégé sur cette voie menant nulle part qu'au vide. Mais maintenant...
- Vous avez rencontré quelqu'un qui marche à vos côtés, avec qui partager votre voyage. Qu'est ce que cela vous fait ressentir ? » Encore une question tellement vide de sens, typique des psychanalystes sans imagination, ancré dans leur petite formation qui leur donne cette impression de compréhension supérieure. L'imagination du dément se met à bouillir, inondant son cerveau exceptionnel d'un acide hallucinant étonnamment agréable. Un véritable Maelström surgit quelque part entre ses neurones déclenchant... déclenchant...
- À la dérive ! Flottant, comme si quelqu'un avait appuyé sur le bouton stop de ma réalité et que j'étais aspiré dans le siphon vers quelque chose de tout nouveau. C'est très excitant en vérité. Hhhmhuhuhum ! Vous n'auriez aucune idée de ce que c'est, j'en suis sûr.
- En fait, je crois que je peux, répond la psychiatre, devenant de plus en plus attirée par cette curieuse folie. Elle s'en remet à d'autres questions, cherchant à savoir, à affirmer quelque chose. « Pouvez-vous me parler un peu plus de ce que vous fait ressentir cette personne ?
- C'est comme si je pouvais me lier à quelqu'un – et croyez-moi, Doc, ce n'est jamais arrivé. Vous comprenez. Une chute libre ! Et je n'ai même pas pris de parachute. » Il revoit cette chute vertigineuse en compagnie de cette nouvelle personne, la comprenant, la voyant aussi profondément que seul une âme sœur le peut. Sa vraie nature. Si excitante pour lui. Si... relieving.
- Puis-je demander... qui est cette personne ?
- Oh, c'est quelqu'un de très très spécial. Et je ne connais même pas son nom !
- C'est Harleen. Harleen Quinzel, répond-elle.
- Harleen ? Vos amis vous appellent-ils Harley ?
- Je... n'ai pas beaucoup d'amis, en fait.
Et sans penser la moindre seconde à elle et sa solitude, elle, si compatissante, il trouve une réponse toute choisie pour son incroyable rencontre de cette nuit : « ''Vous'' en avez un maintenant. » Et tout de suite plonge-t-il dans un long rire dément, heureux, excité. Un rire amusant qui vous glace le sang.




Vos Convictions ?


Le chaos. Imprévisible, en mouvement perpétuel. Si amusant ! Le chaos est la plus importante distraction pour le clown. Il l'est devenu encore plus depuis qu'un vengeur masqué sillonne les airs et l'ombre de Gotham pour redresser les torts, obéissant à un code éthique malgré toute la brutalité et la violence dont il est capable. Le monde a besoin de rire. Batman a besoin de rire. Il s'ennuierait tellement s'il ne pouvait exercer toute sa rage. Et Joker devient le clown punching ball, le bozo idéal.




Quels genres de pratiques ?


« You know, i have simple tastes. I enjoy... dynamite... gunpowder... And gasoline. And you know the thing they all have in common ? … They're cheap. » - Joker. Christopher Nolan - "The Dark Knight" - 2008.
Le Joker est un être mû par la même chose que tous les clowns : le divertissement. Les explosions, le sadisme, le meurtre ne sont que des outils dans son esprit tourmenté. Des gags douteux. Le chaos lui est tellement plus amusant. Il n'a peur ni de la mort ni de la vie. Tout ce qu'il veut c'est se divertir à coup d'acide et de balles. Mais surtout avec Batman. Rendre fou ses ennemis est un supplément dont il ne pourrait se passer. Et aucun moyen n'est assez extrême pour insinuer la démence dans l'esprit des justiciers, gardiens de la paix et citoyens de Gotham. Le monde ne serait-il pas plus intéressant si tout le monde acceptait sa folie latente ? Hihihi !




Vos Craintes et rejets


L'ennui. La stabilité, la paix, les absences de Batman.




Des capacités hors du Commun


Je t'aurai un jour maudit GADGET !!




Des Points Forts & des Points Faibles


Joker est un spécialiste des explosifs et des armes chimiques. Il est capable de concevoir des bombes artisanales extrêmement puissantes avec du matériel de récupération. Mais également des composés chimiques violents. Il est capable de se servir de toutes les armes à feu existantes, du .44 magnum trouvé dans un magasin de farces et attrapes au lance-roquette militaire.
Il est imprévisible, dû à son besoin psychique de se renouveler sans cesse. Les choses doivent être amusantes. Ainsi, il peut prendre la foule d'une soirée mondaine en otage et les relâcher une heure plus tard sans les avoir torturés. Il mise sur l'improbabilité et le chaos, allant jusqu'à se lancer des défis macabres et soudains. C'est un fin manipulateur, d'où ses multiples évasions de Blackgate ou l'asile d'Arkham.

Le clown dément n'est pas exceptionnel au combat au corps à corps, ce qui ne le rend pas moins dangereux ceci dit. Son obsession pour Batman peut également conduire ses actions. S'il est sensiblement plus grand et large d'épaule qu'un citoyen lambda, suffisamment pour l'effrayer, il ne partage clairement pas la carrure des héros et justicier qui le traquent.




Et votre costume ?


Aussi haut en couleurs que son passé, certainement. Le Joker se revêt principalement de vêtements volés ou qu'il confectionne lui-même. Il porte un costume trois pièces composé d'une chemise jaune pâle sous un veston vert aux boutons dorés. Par dessus, il porte un grand manteau mauve sombre style trenchcoat à la doublure écarlate. Ce manteau est toujours ouvert pour qu'il puisse facilement accéder à ces farces et attrapes. Il porte également des gants de cuir noir, dont l'utilité ne fait aucun doute. Un pantalon classique de la même couleur que son manteau et des chaussures noires complètent son uniforme de clown du crime.
Mais l'habit ne fait pas le moine. C'est surtout le faciès improbable du clown qui fait toute sa réputation. Il se revêt de fond de teint blanc, de fard noir à la main et de rouge à lèvre pour accentuer son quasi-immuable rictus sardonique. Ainsi qu'une teinture verte pour ses cheveux dressés sur son crâne dont les tempes se dégarnissent légèrement. Ces peintures anarchiques ne semblent pas avoir d'autres buts que terroriser les citoyens de Gotham. Mais rien n'est moins sûr.




Un petit mot pour la fin ? Le dernier détail sur votre personnage ?


Ha. Haha. Haha. Hoho. Hihi. Hu. Aha. Ho. Ha.




Et derrière l'écran ?


Pseudo :Nyme
Sexe :Pas au premier rencard :p
Âge :24
Commentaire sur le forum ? C'est tellement sombre que j'm'en pète la rétine quand j'essaye de lire. Et la cornée. Et la pupille.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
♦ Messages : 515
♦ DCoins : 371
♦ Localisation RP : Gotham City

Feuille de personnage
Points de Puissance: 273
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Let's have some FUN !   Mer 11 Mar - 6:53

blablablabla Yo Joker, bienvenue par ici !

Si t'as un souci, tu sais où nous trouver

Hésite pas à upper pour nous dire quand t'as fini Wink

Bon courage !

______________________






C'est qui le patron ?:
 

#FF1A1A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Let's have some FUN !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World's Finest :: Gestion du Personnage :: Présentations :: Présentations refusées-