AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
World's Finest by Chris Egiziano on Grooveshark



Votez toutes les deux heures et gagnez des DCoins ! (n'oubliez pas d'inscrire votre pseudo pour que vos votes soient comptabilisés !)



 

Partagez | 
 

 Du plomb dans le crâne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
♦ Messages : 162
♦ DCoins : 668
♦ Localisation RP : New York ou Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 220
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Du plomb dans le crâne   Dim 12 Avr - 22:40



Les meubles tournaient autour de moi et mes jambes semblaient être douées d'une volonté propre... Ma bouteille de Whisky était vide. Mais peu m'importait, j'étais le roi du monde ! Pourquoi rester dans cet appartement pourri quand la ville me tendait les bras ? J'en avais marre de me morfondre, de m’apitoyer sur mon sort. Je ne pouvais pas buter l'autre pétasse blanche ? Qu'à cela ne tienne : j'avais des milliers de possibilités pour m'éclater ! 

Ils allaient voir qu'on ne la faisait pas à Green Arrow ! J'étais le patron dans cette ville et j'entendais le prouver. Je n'avais pas sorti mon costume depuis des jours et à nouveau, il avait commencer à prendre la poussière... Un peu comme moi.

Je l'enfilais rapidement mettant au passage le pantalon à l'envers. Ainsi habillé, j'enfourchais ma moto, fonçant dans la ville. Vu mon état autant dire que mon pilotage était plus qu'hasardeux... Fort heureusement il y avait peu de monde dans cette partie de la ville à cette heure-ci. 

Muni d'un petit appareil capable d'intercepter la fréquence de la police je cherchais un truc excitant à mettre au programme ce soir. Pas de chance : petit vol, chauffard... Que des trucs sans importance.
Finalement une alerte intéressante finit pas tomber... Un braquage de banque. 
Je me rendis donc sur sur les lieux puis partis ensuite me percher sur les toits jusqu'à arriver sur celui de la banque. Utilisant une trappe d'accès, je pu m'infiltrer à l'intérieur du bâtiment au nez et à la barbe des voleurs... Ils n'avaient aucune chance contre moi ! 

Les voleurs tenaient des citoyens en otage. Face à eux se trouve un type habillé tout en noir... Très classe. Sûrement un type comme moi... Sauf que lui il s'est fait chopper. 

- Avance plus crétin ou j'étends cette pouffiasse ! Et je te promets que je bluffe pas...

Ah là là, heureusement que je passais dans les coins ! Le gars en noir me remercierai sûrement de l'avoir tirer de ce mauvais pas. L'autre crétin avec son flingue ne m'avait pas vu... Parfait. Je posai mon trait sur mon repose flèche, tendant la corde autant que je le pouvais. Mes mains tremblaient et ma vue était floue... Merde alors, ce dernier verre était sûrement pas une bonne idée. 

Le coup partit, frôlant le braqueur de près, sans le toucher toutefois. J'avais louper ma cible... À 5 mètre de distance.

- Dommage que ton pote sache pas viser... J'aime pas qu'on se foute de moi vieux, tu le sais ça ?

Une détonation retenti... La balle perfora la tête de la femme. Un cri strident émana alors du groupe d'otage, portant en lui un incommensurable désespoir.

- Maman !!! Non... !!!!

Le gosse avait à peine dix ans. Sa mère venait de se faire abattre sous ses yeux... Et c'était entièrement de ma faute.


Dernière édition par Oliver Queen le Lun 27 Avr - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 30
♦ DCoins : 205
♦ Localisation RP : Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 140
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Sam 18 Avr - 0:32



J'avais passé une sale journée, entre ma rupture avec Irina alors que notre relation prenait un tournant plus sérieux que prévu et le gros rhume qu'Alfred avait chopé - le mettant hors service au passage - cela n'avait pas été très facile. Le fait d'être aussi affecté par ma séparation avec une fille qui ne devait représenter rien de plus qu'une vulgaire conquête de plus à ajouter à une liste déjà très longue m'avait beaucoup surpris, mais ce que je ressentais actuellement me rappelait une nouvelle fois pourquoi je ne m'engageais jamais sentimentalement au-delà d'un certain point. Point que j'avais visiblement déjà dépassé avec elle. Je n'étais pas sorti de la journée, terré dans la salle de musculation que j'avais installé dans la Batcave, je m'évertuai à évacuer toute la frustration que je contenais en poussant de la fonte et en cognant dans un sac de frappe.

Le temps était passé plutôt vite finalement et l'heure de ma ronde arriva enfin. Aujourd'hui, ça allait être la première fois que j'allais avoir l'occasion de tester ma nouvelle combinaison, délaissant le costume confectionné avec Alfred à l'époque où je ne pensais pas que ma lutte contre le crime m'amènerait à combattre un dangereux mercenaire armé jusqu'aux dents pour défendre la vie d'un pauvre gosse allongé sur le sol d'une ruelle sombre, couvert de sang. Ce combat m'avait laissé un souvenir amer d'ailleurs car la raclée que je m'étais prise fut monumentale. Mais maintenant, je possédais cette armure et même si ce n'était la que la première version de cette dernière, j'allais déjà être bien plus protégé contre les armes blanches.

Confortablement installé dans ma Veneno, renommée avec style en " Batmobile ", je parcourais la ville à toute vitesse tandis que l'ennui me gagnait petit à petit. C'est vrai que c'était excitant d'utiliser ma nouvelle combinaison, mais si personne ne commettait aucun délit assez important pour que je puisse en tester toutes les capacités, c'était tout à fait inutile. Mais bon, il ne fallait pas oublier que c'était à Gotham que je me trouvais et cette ville était bien connue pour ne jamais être à court de crimes en tous genres. Un braquage de banque, ce soir.

Génial. J'étais arrivé sur les lieux assez rapidement et parvins à neutraliser une partie des cambrioleurs sans alerter le reste de l'équipe. Mais alors que je m'apprêtais à manœuvrer pour éliminer les derniers criminels qui se trouvait à l'étage supérieur, je tombai nez à nez avec l'un d'eux, alors que celui-ci venait justement de pointer son arme en direction d'une femme dont les joues étaient trempées de larmes. Une erreur de débutant que je venais de faire là. Il y avait un petit garçon qui s'accrochait à elle et qui pleurait également à chaudes larmes. Je sentais la colère monter en moi.

J'aurais pu le désarmer, j'aurais pu la sauver, mais une flèche passa soudainement à côté du preneur d'otage qui pressa la détente par réflexe. La femme s'écroula aux pieds de son fils.

Je me ruai sur l'assassin, le désarmai avant qu'il ne me tire dessus et le mis K.O très rapidement. Ses complices, ayant entendu le coup de feu, rappliquèrent dans la salle mais le type en vert m'aida à les mettre hors d'état de nuire. Mais il avait tout fait foirer, cet imbécile s'était ramené avec son petit arc à flèches et par sa faute une femme avait perdu la vie ce soir.

Une fois que tous les cambrioleurs furent neutralisés, je ne pus m'empêcher de foncer vers l'individu vêtu de vert et le balancer à travers une baie vitrée qui le fit chuter de quelques mètres vers le toit d'un petit immeuble à appartement de trois étages. Je sautai et manquai presque de me fouler la cheville en atterrissant près de l'inconnu que je commençai à frapper de toutes mes forces, ne prenant même pas la peine d'attendre qu'il se relève.

- Espèce d'enfoiré ! Pourquoi t'as fait ça ?! Je le tenais, je le tenais.

Nouvelle série de coups de poing rageurs dans sa face.

- Salopard, t'es qu'un salopard !!

Une forte odeur d'alcool émanait de lui, sans doute la raison pour laquelle il n'arrivait pas à se défendre tandis que je lui refaisais le portrait. Avec le recul, je pourrais certainement me rendre compte que j'avais dépassé les limites, que j'y étais allé beaucoup trop fort avec ce type et que le justicier que je souhaitais devenir ne devait pas se laisser aller à des actes d'une telle violence. Et pourtant, à ce moment précis, j'étais tout simplement incapable de réfléchir de manière cohérente, ce drame me touchait trop. Moi aussi, une poignée d'années plus tôt, j'avais vu mes parents mourir devant mes yeux et si Batman était né c'est pour que ce genre de chose ne se produise plus. Mais j'avais échoué ce soir, à cause de lui.

J'arrêtai de frapper. L'inconnu en vert cracha encore un peu de sang, je fus étonné de voir qu'après tout ce que je venais de lui mettre, cet enfoiré était encore conscient.

Qui était-il?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 162
♦ DCoins : 668
♦ Localisation RP : New York ou Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 220
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Sam 18 Avr - 23:32



Tout se passa très vite... Le type en noir se jeta comme un possédé sur l'assassin, le mettant définitivement out. C'eut été trop simple bien sûr... Ses collègues firent irruption de la salle, menaçant de nous submerger par le nombre. Je ne me sentais pas bien du tout, mais je devais me concentrer un peu, ou nous allions mourir tous les deux ici. Ne me sentant pas d'attaque pour le corps à corps, je tentais tant bien que mal de les neutraliser avec mon arc...

Par un miracle que je ne m'expliquais pas moi même, nous avions survécu à l'assaut... Le gars en noir s'avança alors vers moi. Je ne pouvais voir son visage, mais il semblait furieux. Je n'eus même pas le temps de réagir : en un rien de temps, il m'attrapa et me fit passer à travers la baie vitrée, m'assénant une rafale de coup dans les gencives. Je n'étais pas en état de riposter, mais quand bien même je ne l'aurais pas fait. Chacun de ses coups, je les méritais dix fois.

- Espèce d'enfoiré ! Pourquoi t'as fait ça ?! Je le tenais, je le tenais.

Naïvement, je me figurais que la souffrance que j'endurai expiait quelque peu ma faute... Comme si c'était aussi simple. Sous le choc, ma capuche était tombée... Fort heureusement, il faisait sombre, mon anonymat serait donc conservé. J'encaissais les coups sans mots dire... Ce genre de raclées je m'y étais habitué sur l'île. Les mercenaires ne faisaient pas de cadeaux, Shado encore moins.

Finalement, mon agresseur cessa son passage à tabac... Je ne voulais même pas voir l'état de mon visage. Le goût du sang dans ma bouche, accentuait cette nausée qui m'avait gagnée au fur et à mesure que la soirée se passait... Cela devenait insoutenable. Rejetant l'hémoglobine de ma bouche, sa texture pâteuse et son goût désagréable provoqua une réaction en chaîne, me faisant rendre mon whisky et mon dîner par terre.

J'avais merdé comme jamais... Mes amis étaient mort lors du naufrage c'était une chose, je ne pouvais  m'en prendre qu'au destin. Mais le seul coupable dans le cas présent c'était moi... La bouteille était une saloperie et je le savais. Prendre mon équipement et vouloir aller jouer au "héros" dans un tel état ce n'était ni plus ni moins qu'un meurtre avec préméditation...

Mes 5 ans sur l'île n'avaient servi à rien... Je n'étais toujours qu'une petite merde insignifiante. C'était triste mais j'y voyais enfin clair. Je croyais  que je ne valais rien parce que je n'avais pas pu venger Shado en prenant la vie de son assassin... Mais où était le mal au fond ? J'étais un sous-homme car je ne pouvais pas tuer de sang-froid ?

Non bien sûr... Mais je vivais dans l'ombre de mon mentor. Si elle était capable d'étendre quelqu'un sans tiquer je devais l'être aussi. C'était ainsi que je voyais les choses... Mais elle me le disait souvent elle même : "je ne suis pas un exemple". Au lieu d'écouter les sages paroles de Robin et de mener le combat autrement qu'en rependant le sang, j'ai préféré jeter l'éponge et me dire que c'était des conneries et que je n'étais pas taillé pour ça...

J'étais toujours Oliver Queen, un sale petit gosse de riche, faible, paumé et égoïste. Et ce soir une innocente en avait pâti. Je ne méritais pas de vivre... Si le bon dieu avait eu un peu de bon sens, il m'aurait laissé couler en même temps que mon navire et mes amis... Par ma faute, ce gamin se retrouvait orphelin, certainement traumatisé à vie par ce qu'il venait de voir.

Rongé par la culpabilité et aidé par l'alcool qui avait annihilé en moi toute retenue et toute dignité, J'éclatai finalement en sanglot.

Il y avait au moins un point où j'avais vu juste ces derniers mois... Je n'avais rien un héros. Je tendis mon arme à l'homme en noir, la déposant à ses pieds...

- Je ne mérite pas de vivre... Alors qu'elle est morte... Tues-moi...

Mon verbiage était hésitant, déconstruit... J'étais à bout. Mais le fond était là. Mort, je n'aurais plus à vivre avec la culpabilité d'avoir engendré autant de souffrance...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 30
♦ DCoins : 205
♦ Localisation RP : Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 140
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Mar 21 Avr - 22:58



Je ne me sentais pas bien, pas bien du tout. Les images de l'assassinat de mes parents et du terrible drame qui venait de se produire se confondaient dans ma tête tandis que je luttais maintenant contre l'envie d'écraser une nouvelle fois mon poing contre la face déjà bien cabossée de cet ivrogne. Je me demandais qui il était, je me demandais quelle sorte d'imbécile pouvait bien se cacher derrière ce masque. L'échec n'était pas quelque chose que l'on pouvait blâmer, l'erreur est humaine comme on dit, mais c'était la manière dont il était intervenu dans l'opération que j'étais en train de mener qui m'avait mis hors de moi. Il s'était contenté de se ramener sur les lieux d'un braquage avec son petit arc et ses petites flèches - complètement ivre au passage - et avait tenté de s'occuper d'une affaire qui le dépassait visiblement complètement. Je ne l'avais pas vu tirer, mais après tout ça j'étais presque prêt à parier que cela devait être l'une des premières fois de sa vie qu'il tenait un arc dans ses mains.

Bref, je m'acharnais sur ce pauvre type, mais je n'étais sans doute pas exempt de tous reproches non plus. J'avais fait une erreur, une erreur de débutant qui avait conduit à une confrontation plus que tendue avec l'un des criminels et la mise en danger d'une pauvre innocente. Certains diraient donc que les torts étaient partagés, mais même en essayant de rester le plus objectif possible, je ne parvenais pas à me faire à cette idée.

Mon armure commençait à me peser, j'avais envie de m'en extraire, de prendre une grosse bouffée d'air frais pour tenter de me calmer un peu. Chose qui, à l'heure actuelle, semblait très difficile à faire. Et pour couronner le tout, voilà que cet apprenti justicier de pacotille se mit à chialer comme une madeleine en me demandant de mettre fin à ses jours. Non mais pour qui me prenait-il, ce type?

Mon poing se ferma une nouvelle fois, l'envie de lui en coller une se faisait de plus en plus dure à canaliser, même en voyant l'état minable dans lequel cet ivrogne se trouvait ...

- Mourir ? Alors quoi, tu vas te contenter de te pointer avec ton petit costume vert pour foutre la merde, causer la mort d'une personne innocente et demander à ce qu'on te tue parce que c'est trop dur à supporter psychologiquement ?

En prononçant ce discours, je me rendis compte que c'était davantage Bruce que Batman qui s'adressait au gars en vert. Je ne parvenais pas encore très bien à faire la part des choses, mes émotions influaient encore bien trop sur mes choix et mes actions, c'était une chose que j'allais devoir corriger à l'avenir. Mais pour l'heure, la colère prédominait largement et je me laissais complètement dominer par cette rage farouche que je ressentais en posant les yeux sur lui.

- ... Non, c'est trop facile !

Je marquai une petite pause, voyant les larmes couler sur les joues ensanglantées de l'inconnu, j'eus pitié de lui.

- Mais t'es qui, bordel... ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 162
♦ DCoins : 668
♦ Localisation RP : New York ou Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 220
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Mer 22 Avr - 14:08



Même derrière son imposant masque, je pouvais sentir le regard du justicier peser sur moi... Sa haine à l'égard de cette épave qui s'appelait Oliver Queen. Une haine on ne peut plus justifiée d'ailleurs. Je baissais les yeux comme un gosse qui avait fait une connerie et que l'on grondait... Et au fond il y avait de ça. Même à 26 ans, même après l'île, même après toutes mes conneries... J'étais resté un gamin. Mais pour la première fois aujourd'hui, quelqu'un avait payé de sa vie mon comportement irresponsable.

- Mourir ? Alors quoi, tu vas te contenter de te pointer avec ton petit costume vert pour foutre la merde, causer la mort d'une personne innocente et demander à ce qu'on te tue parce que c'est trop dur à supporter psychologiquement ?

Il n'y avait rien à rétorquer... Il avait raison. Quelque part, ses propos me rappelaient Shado : elle m'aurait très certainement tenu un discours similaire. Tout cela m'avait été dit, des fois et des fois, par mes amis, par mes parents, par Shado, par martian manhunter... Et maintenant par ce type. Mais jamais je n'avais retenu la leçon...

J’ÉTAIS TROP CON PUTAIN !

- ... Non, c'est trop facile !

Et alors ? La facilité, je n'avais rien connu d'autre de ma vie. Quelle que soient mes âneries, l'argent de papa et maman arrangeaient tout... L'argent réparait tous les maux...
Mais pas la mort d'un être humain. Dommage que je ne m'en aperçoive que maintenant...

Les larmes continuaient à ruisseler sur mes joues, tandis que je me repassais dans ma tête l’échec total qu'avait été ma vie, défilant tel un les images d'un kaléidoscope... Jusqu'à ce qu'arrive la question fatidique.

- Mais t'es qui, bordel... ?

Je pris le risque d'abaisser ma capuche, ne laissant que mon masque et l'obscurité ambiante en tant que derniers remparts entre mes deux identités. De toute façon, peu m'importait à présent...

- Un gamin... Un gamin gâté qui a fait mumuse et qui a cassé tous ses jouets... Une sombre merde qui a essayé de faire quelque chose de sa vie et qui n'est pas allé au bout... Comme toujours.

Voilà ce qui ressortait du rapide bilan que j'avais fait sur ma vie. L'avantage avec l'alcool, ce que cela vous rendait parfois plus honnête et plus lucide sur vous même que lorsque vous étiez sobre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 30
♦ DCoins : 205
♦ Localisation RP : Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 140
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Dim 26 Avr - 18:30



Lorsqu'il retira sa capuche, prenant le risque de révéler un peu plus l'identité qu'il essayait de cacher, mon cœur rata un battement. Non, ce n'était pas possible, cela ne pouvait être lui. Sans lui laisser la possibilité de réagir, j'arrachai violemment son masque, confirmant ainsi les soupçons que j'avais. Je reculai contre quelques pas, luttant toujours contre cette irrépressible envie de lui faire cracher ses dents, cet enfoiré ... A quoi était-il en train de jouer ?

Mais cela expliquait pas mal de choses, notamment comment ce maudit blondinet avait réussi à rivaliser avec moi lors de notre petite bagarre sur mon yacht, toujours est-il que j'avais du mal à croire ce que j'étais en train de voir. Était-ce possible que cette île sur laquelle il était resté coincé durant tant d'années l'ait changé à ce point ? Les questions se bousculaient dans ma tête, je me trouvais désormais dans la confusion la plus totale et ne savais pas très bien ce que je devais faire. Continuer à lui refaire le portrait ou le traiter avec plus d'indulgence que n'importe quelle autre saoulard qui aurait décidé de jouer aux héros. Oliver n'était tout de même pas un inconnu. Certes, ça avait bien mal commencé entre nous, mais l'héritier des Queen était une personne que j'avais appris à apprécier. Et il venait de me décevoir au plus haut point.

- ... Oliver Queen

J'avais lâché ça comme si je venais à peine de réaliser qui se trouvait en face de moi. Et pourtant, cela faisait déjà quelques longues minutes qu'il se retrouvait sans masque. Je lui jetai le bout de tissu au visage.

- Une sombre merde, le mot est faible ! Mais comme je te l'ai déjà dit, te donner la mort est bien trop facile. Pour une fois dans ta vie, affronte les choses comme un homme et répare les torts que tu as causé. Pour cette femme qui est morte par ta faute, pour cet enfant qui ne connaitra plus jamais le sentiment réconfortant que lui procurait la présence de sa mère ... Et pour toutes les autres personnes qui ont souffert par ta faute.

Je m'approchai de lui, me faisant aussi menaçant que possible.

- ... Dans le cas contraire, je reviendrai m'occuper de toi et tu regretteras amèrement ne pas être mort de tes blessures ce soir.

Le peu de respect que je commençais à avoir pour lui s'était évaporé avec la lamentable erreur qu'il avait commise ce soir. Allait-il faire ce que je lui avais dit ou est-ce qu'il continuerait sa longue descente aux enfers. Pour l'heure, je n'en savais rien mais ce qui était sûr c'est que je savais où le trouver et que je m'occuperais de lui s'il finissait par constituer un danger pour cette ville.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 162
♦ DCoins : 668
♦ Localisation RP : New York ou Gotham

Feuille de personnage
Points de Puissance: 220
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   Lun 27 Avr - 0:10



Le justicier en noir s'approcha de moi... Je savais ce qu'il allait faire. Et je ne l'en empêcherai pas. Je voulais qu'il sache qui avait fait ça... Je ne voulais pas mettre ça sur le dos de Green Arrow. Ce n'était pas lui qui était sortit ce soir à moitié ivre et qui avait provoqué la mort de cette femme... C'était...

- ... Oliver Queen

Ce type me connaissait... Comme des millions d'autres pékins en Amérique. La rançon du succès me direz-vous. Tout devait être clair pour lui : "le fils Queen a encore trop bu et s'est déguisé en robin des bois pour s'éclater un peu."

Et bien vous saviez quoi ? C'était tout à fait ça. Tout à coup, je reçus quelque chose au visage... Mon masque. Je le contemplais, le regard éteint, n'osant même pas le toucher. Je ne le méritais plus.
Il symbolisait quelque chose... quelque chose de bon. Une preuve que je valais mieux que ce que j'étais autrefois...

Ce soir, j'avais déshonoré ce que représentais ce masque.

- Une sombre merde, le mot est faible ! Mais comme je te l'ai déjà dit, te donner la mort est bien trop facile. Pour une fois dans ta vie, affronte les choses comme un homme et répare les torts que tu as causé. Pour cette femme qui est morte par ta faute, pour cet enfant qui ne connaitra plus jamais le sentiment réconfortant que lui procurait la présence de sa mère ... Et pour toutes les autres personnes qui ont souffert par ta faute.

Il m'avait jeté la vérité la face... Aussi durement que mon masque. Mais c'était bel et bien les fait.
Ma vie ne se résumait-elle donc qu'à faire du mal au gens. Après tout, si je n'avais pas voulu faire le malin en partant sur ce bateau avec mes amis alors que je ne connaissait rien à la navigation, ils seraient certainement encore en vie.

Mais j'avais mis ça sur le dos de la tempête... C'était plus facile, plus arrangeant. Mais la vérité était là : sans Oliver Queen, ils ne croupiraient pas au fond de la mer. Mes épreuves sur l'île, ma souffrance et celle des autres... J'en étais l'architecte. La seule chose que je ne pouvais pas me reprocher, c'était peut-être la mort de Shado... Mais la façon dont j'honorais ce qu'elle m'enseignait était certainement bien pire que si je l'avais tuée de mes mains. Toutes ses leçons sur l'honneur et la fierté étaient bien loin à l'heure actuelle.

- ... Dans le cas contraire, je reviendrai m'occuper de toi et tu regretteras amèrement ne pas être mort de tes blessures ce soir.

Ce n'était pas du bluff... Il le ferait. Je m'attendais à ce qu'il me livre à la police ou quelque chose comme ça, mais il n'en fit rien. Il se contenta de filer, souhaitant très certainement ne pas être dans les parages lorsque les autorités arriveraient. Je me préparai à en faire de même mais quelque chose me poussa à revenir à l'intérieur... Les otages avaient fuis, seul le petit garçon restait près du corps de sa mère. Remettant ma capuche je m'approchai de lui, me mettant à genoux près de la dépouille de la pauvre femme...

- Je te demande pardon. Rien de ce que je pourrais te dire ne ramènera ta maman mais je voulais le faire... Ça ne veux pas dire que je pourrais me regarder dans un miroir après ça mais... Si je dois des excuses à quelqu'un c'est bien à toi.

Il était jeune... Trop pour se rendre vraiment compte de ce qui s'était passé, de ce que j'avais fait... Je ne lisais pas réellement de haine à mon égard dans ses yeux. Juste un profond désarroi.

- Pourquoi... Pourquoi il a fait ça ?

- Ce n'est pas cet homme qui a tué ta mère petit... C'est moi. J'ai fait une erreur... Mais dans mon "métier", les erreurs ça ne pardonne pas.

Maintenant je lisais de la colère sur son visage... Mais cette colère, je la méritais mille fois.

- Alors si tu sais pas tirer, pourquoi tu prend un arc !!! Comment tu veux gagner avec ça si ces gars ont des fusils ?!!

Il le disait avec des mots d'enfants, mais les reproches étaient bien là.  Et ils n'étaient pas tout à fait faux dans la forme...

- Parce que je ne veux pas faire comme eux... Les flingues sont des armes de lâches. Je vaux... Enfin je pensais que je valais mieux qu'eux... Mais tu as raison sur un point. Je ne pouvais pas gagner ce soir... Et je suis quand même venu.

- Mais je comprends pas ? Si t'étais sûr de perdre...

- ... Pourquoi je suis venu ? Je ne sais pas trop moi-même... Parce que je suis un idiot sûrement.
Comment tu t'appelles petit ?


- Connor...

- Et bien je vais te promettre une chose Connor... Ce qui est arrivé à ta maman ce soir, ça n'arrivera plus. Plus jamais...

- Et comment ? Grâce à vous ? C'est de votre faute si elle est morte !

Le chagrin était bel et bien dissipé... Et il avait fait place à la colère.

- Malheureusement je ne peux pas te contredire...

- C'est pas vos promesses débiles qui la ramèneront... Allez-vous en !

Il éclata à nouveau en sanglot, regardant le corps de la femme qu'il l'avait mise au monde. Je le regardais une dernière fois, gravant dans ma mémoire son regard plein de tristesse et de rancœur. Je lui ferais certainement un don... L'argent ne lui rendrait pas sa mère et n'apaiserait certainement pas ma conscience mais c'était le moins que je puisse faire.

Remontant sur ma bécane, je filais en direction de mon appart miteux. J'étais éreinté mais pourtant, j'étais persuadé que je n'allais pas beaucoup dormir cette nuit...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Du plomb dans le crâne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Du plomb dans le crâne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tuto Kirin A l'arbalète ( Rang 3 guilde )
» Le fusa plomb
» Jour de plomb, les 28-29 avril à Ivry Sur Seine
» pour faire fondre du plomb, GAZ ou PLAQUES ELECTRIQUE
» Racisme dans WOW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World's Finest :: Gotham City :: Diamond District :: Banque Nationale de Gotham-