AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
World's Finest by Chris Egiziano on Grooveshark



Votez toutes les deux heures et gagnez des DCoins ! (n'oubliez pas d'inscrire votre pseudo pour que vos votes soient comptabilisés !)



 

Partagez | 
 

 Mission : 1ère vague : Daily Planet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
♦ Messages : 44
♦ DCoins : 493
♦ Localisation RP : Métropolis

Feuille de personnage
Points de Puissance: 88
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Mer 15 Avr - 11:26

Pronostique vital engagé. Des mots qui me compriment le palpitant et me donne des foutues suées froides. Je suis à l'hôpital général de Metropolis. Il a été littéralement pris d'assaut après l'attentat à la bombe. Elles étaient toutes les deux dans le C.C.M, suffisamment loin pour ne pas mourir, mais assez proche pour en subir les frais. Je les ai vus si énergique, croquant en couple la vie à pleines dents depuis quatre ans. Maintenant... Krystal est sur un lit de mort, rattaché à des machines. Pourquoi suis-je ici et pas leurs familles ? La simple et bonne raison est que quand ils ont demandé la liste des proches à Abby qui est encore consciente, c'est mon nom qui est sorti. Forcement, il y a quatre ans leurs parents ont moyennement apprécier quand elles sont soties du placard. Les proches de Krystal, elle n'en parle jamais du coup, aucun moyen de savoir. Enfin, j'essayerai quand même.

Abby et Krystal, on s'est renvoyé l'ascenseur tellement de fois qu'il est tombé en panne. Inutile de préciser que la nouvelle m'a bouleversée, de la colère je suis passé à la tristesse, puis j'ai enfin réussi à me calmer pour aller les voir le lendemain. Je tiens à elle et pas seulement parcequ'elles savent pour mon cas, ça, c'est secondaire.

J'aurais voulu mentir à Abby sur l'état de son âme soeur, mais d'un ce n'est pas mon genre et de deux, je mens trop mal. Elle a le regard fuyant, allongé sur son lit d'hôpital. Elle cherche encore aujourd'hui à cacher ses larmes face aux autres. Elle n'a pas mangé.

"Krystal m'en mettra une si tu es en mauvaise santé à son réveil."

Elle esquisse un petit sourire, je m'assois à côté d'elle et prends le plateau-repas après avoir retiré ma capuche. Je regarde la tronche de ses aliments.

"Rien qu'à la tête de bouffe, on voit que leur but n'est pas que tu reviennes quand même..."

Elle se colle à moi, je repose le plateau pour lui donner l'étreinte dont elle a besoin pour enfin fondre en sanglot. Deux heures plus tard, elle s'est calmée à mangée et doit se reposer. Mais avant de partir m'a dit quelques mots et m'a indiquée où... ... Elle a caché leurs portables sur place. Sérieusement ? Je sais qu'elle ne fait pas confiance au personnel hospitalier, mais là, c'est un peu extrême. Avec ses mots, elle ne veut pas qu'un obscur inconnu se paluche sur leurs photos et vidéos intimes. Sérieusement Abby ? Enfin soit.

Elles étaient dans le C.C.M pendant les faits, il faut bien faire des emplettes de temps en temps. Elles essayaient des trucs quand c'est arrivé, suffisamment loin pour ne pas prendre le plus gros de l'explosion, mais pas assez pour être indemne. Bon, je lui ai promis de récupérer son bien discrètement, la question est comment je vais pouvoir entrer dans le centre commercial qui doit être bouclé. Je sais qu'elle ne fait pas confiance au personnel hospitalier, mais là, c'est un peu extrême.

J'ai travaillé toute la fin de l'après-midi. Le soir est venu, j'ai profité pour essayer de trouver des moyens d'entrer alternatifs, mais ça va quand même être difficile de le faire sans être vu. J'ai planqué mon vélo dans une ruelle, comme je le pensais tout est fermé par la police. Et Bon Dieu que ça gratte ! Quelle idée à la con quand même, j'ai mis une combinaison de laboratoire sous mes vêtements. Gant et tout le tralala pour être sûr de ne laisser aucune trace. Vêtements amples et sombres, j'ai même une cagoule noire, la capuche rabattue et j'entre par une des sorties de secours. Il m'a fallu au moins trois bonnes heures pour me décider et voir les itinéraires de patrouilles.

Discrètement, je me dirige en espérant que j'y arriverai dans la pénombre. Le C.C.M est bien différent de nuit. Je retiens au maximum ma respiration, me cache comme je peux et finis par arriver à la fameuse boutique. Forcement, vu le nom je m'y attendais... Une boutique de lingerie fine. J'entre lentement, essayant d'éviter les décombres et après dix minutes de recherche avec ses explications je retrouve les fameux portables. Collé contre un mur, j'allume le portable d'Abby avec un écouteur je regarde la dernière vidéo. Je vois à la fin l'explosion, la peine, la douleur... Une fois fait, je le reteins et ressors toujours dans le même souci de discrétion.

Du bruit t merde une patrouille ! Je n'ai pas beaucoup d'options... Une porte qui mène à une zone réservée au personnel, vite. Je n'ai que peu de temps pour réfléchir, une zone de stockage ? Je n'ai rien de mieux. Je me cache, les bruits de pas passent, ouf. Je ne suis pas seul dans cette réserve... Il y a déjà une personne. Ce quelqu'un n'est pas un flic c'est sûr. À voix basse.

"Décidément, il y en a du monde ce soir..."

S'il ou ils sont là pour piller, je suis dans le purin jusqu'au cou, je pense.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 60
♦ DCoins : 266
♦ Localisation RP : Où le vent me porte.

Feuille de personnage
Points de Puissance: 90
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Mer 15 Avr - 16:59


| Mission : 1ère vague : Daily Planet|
  Alexander J. Mercer
  K.O.N ϟ Wally West
La journée s'était annoncée des plus banales. Depuis mon accident ma vie avait réellement changée, et pas seulement parce que j'avais hérité de super-pouvoirs. Rester cloué dans un fauteuil roulant m'avait fait rater une grande partie de mon année scolaire, et quand enfin j'ai pu marcher à nouveau j'ai préféré changer d'établissement. Je suis quelqu'un de plutôt sociable ça ne me posait pas de problèmes, mais avec les séances d'entrainement, seul ou avec Barry, j'avais très peu de temps à consacrer aux autres. Je devais garder le secret ça je l'avais bien compris, Barry me l'avait déjà conseillé donc comment pourrais-je me faire des amis en sachant que je devrais constamment leur mentir et surtout en leur cacher mes pouvoirs.
La solution la plus simple était de rester seul, du moins en dehors des cours.
Je n'avais aucun entrainement prévu pour la fin d'après midi, Barry devait certainement être occupé à autre chose mais tant mieux ça me permettrait de faire une petite balade en centre-ville et rien de mieux qu'une virée au centre commercial.
Ma mère avait toujours un peu d'argent sur sa carte même si elle ne l'utilisait plus depuis longtemps. J'allais m'offrir un nouveau jeu vidéo. Quoi ? Vous feriez quoi à 16 ans si vous aviez de l'argent à dépenser sans rendre de compte ?

Barry m'avait conseillé de ne pas utiliser mes pouvoirs, ou du moins le moins possible, mais prendre le bus alors que je peux arriver plus rapidement ? Sans façon. Il ne me fallut même pas 10 minutes pour rejoindre le centre ville j'avais ralentis un peu le rythme, courant à une vitesse qui ne m'épuisait pas, 250 mph soit environs 400 km, ça me paraissait énorme mais quand Barry m'avait avoué que sa vitesse ''normale'' était la double de la mienne j'avais été un peu déçu.

Le soleil n'était pas encore couché et la fin des cours avait sonné pour tout les étudiants autant dire que le centre commercial était bondé. J'avais réussi à faire une arrivée discrète, m'arrêtant dans une ruelle, et à peine quelques seconde après avoir quitté ma vitesse, elle me manquait déjà. J'installais mes écouteurs sur mes oreilles et lançais ma playlist avant d'entrer dans le centre.

Mon premier arrêt, jeu vidéo. Je savais exactement quel jeu je voulais acheter, le 3 ème d'une même série, mais comme d'habitude je fis le tour de la boutique, attiré par de nombreux autres jeux. Finalement j'optais tout de même pour mon premier choix. Second son.

De retour dans l'allée principale, j'affichais un petit sourire béa, heureux de mon achat puis je m'arrêtais quelques petites secondes devant une boutique de lingerie. Ok là ça fait un peu trop pervers. Mon estomac me ramena sur la terre ferme comme d'habitude, grognant une nouvelle fois, vidé après ma petite course pour venir ici. Je savais très bien ce qui me ferait plaisir, un ou deux donuts et un bon soda frai.

La suite, je n'y été pas du tout préparé ... Comme tout le monde j'entendis une détonation, puis le sol se mit à vibrer, tout ne durais que quelques secondes sans doute, mais mon esprit fonctionnait plus rapidement, comme si l'énergie qui me donnait mes pouvoirs fonctionnait également sur mon cerveau. Mon regard balayait autour de moi, partout je voyais les mêmes visages apeurés, et tournés vers la même direction. Je suivis l'exemple mais en tournant la tête c'est une puissante lumière qui m'aveugla. Mon corps réagit, surement par instinct et se mit à courir dans la direction. Je prenais de la vitesse trop rapidement, je le sentais et une fois encore mon corps me fit faux bond. Stupide blessure. Le choc de ma chute ne me fit pas perdre connaissance, mais les morceaux de plafond qui s’effondraient sur moi s'en chargèrent.


Le silence, c'est tout ce qui régnait autour de moi. Je devais remettre mes idées au clairs, ou est ce que j'étais ... Ah oui, centre commercial ... détonation, lumière ... une explosion ? Non sérieux ?! ...  Mon corps me faisait souffrir, mais apparemment j'étais entier et je n'avais rien de casser.

J'ouvris les yeux pour découvrir les décombres autour de moi. Les murs porteurs étaient encore debout mais les structures étaient sérieusement endommagées ... je n'osais même pas imaginer quel spectacle offrait la zone ou avait eu lieu l'explosion.
Me mettre debout me demandait un peu d'effort physique mais je n'avais que des égratignures, quelques coupures et des bleus, rien de bien méchant. Il y avait eu des victimes, c'était certain et les secours devaient déjà avoir évacué le plus de monde possible ... combien de temps j'étais resté inconscient ? ... Bon l’électricité on pouvait plus compter dessus mais vu la pénombre il devait faire nuit, ce qui voulait dire plusieurs heures. Je sortis mon téléphone et grogna en voyant l'écran brisé, bon il était fichu, tout comme mon jeu qui devait être resté sous les décombres, mais j'avais plus important à penser.

- Hé ! ... Y'a quelqu'un ?

Comme je m'en doutais aucunes réponses. Faire un tour du centre commercial ne devrait pas trop me prendre de temps, mais je devais garder mes forces alors ok pour courir mais vitesse minimum.
Par chance, plus d’électricité ça signifiait aucune caméra donc pas de couverture grillée.
Je me dirigeais vers le centre de l'explosion quand quelque chose attira mon attention. Du mouvement. Il y avait quelqu'un d'autre debout et ... qu'est ce qu'il foutait ?

Reprenant un rythme normal, je fronçais les sourcils en m'approchant mais d'autres bruits de pas attirèrent mon attention puis le grésillement d'un talky walky. Merde. Hors de question de me faire chopper et de finir à l’hôpital ou au poste ils devraient forcement appeler ma mère, moi j'aurai des ennuis, et pire ils pourraient découvrir qu'elle est inapte à s'occuper de moi, je finirais placé jusqu'à mes 18 ans et ... ouais vraiment trop d'emmerdes.

Une fois encore je m'élançais dans l'autre direction et entra dans la zone de stockage...personne viendrait chercher ici, non ?
Le temps de reprendre mon souffle et de calmer les battements de mon cœur, je m'étais installé dos contre des immenses caisses, assis par terre quand une fois me fit frissonner.

"Décidément, il y en a du monde ce soir..."

Ok ça ça ressemblait pas du tout à une phrase de flic ou de pompier alors quoi ... peut être que c'était l'un des types qui avaient fait péter le centre commercial... Il était seul, ou plutôt j'entendais personne d'autre donc j'avais peut être une chance après tout c'était pas la première fois que j'allais à la confrontation, sauf que cette fois j'avais rien pour me défendre donc autant rester cacher.

- Vous savez que le bâtiment est bouclé maintenant ? Vous pourrez pas sortir d'ici.
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 15
♦ DCoins : 41
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Dim 26 Avr - 14:06

XX XX




Alignement : Inconnu
Pouvoirs : Inconnu
PP : Inconnu



1ere vague – Daily Planet



-Ça fout les boules cet endroit.
-Ne me l'fait pas dire... Quel carnage. Bordel, y a vraiment des psychopathes partout de nos jours.
-La peine de mort, y'a que ça qu'ils comprennent.
-Peut-être, mais on deviendrait comme eux au final.
-Arrête ta psychologie à deux balles. Ces mecs-là, on pas l'droit à de deuxième chance... Ni de première si tu veux mon avis.
-T'as raison sur ce point, mais qui sommes-nous pour ordonner la mise à mort d'une personne.
-Nous ? Personne. La justice, elle, le peut.
-Une justice humaine dominée par des hommes tout aussi sentimentaux et fragiles que n'importe qui.
-C'est pour ça qu'on a des lois. L'impartialité mon p'tit pote, l'impartialité.
-L'impartialité a déjà mené des innocents derrière les barreaux de nombreuses fois.
-Personne n'est parfait.
-Et t'imagines s'il est condamné à mort ?
-Il ne serait pas là s'il n'était limpide de tous soupçons.
-Mais bordel, t'es aussi extrémiste que ces mecs !
-Arrête tes conneries... J'suis pragmatique, point barre.
-Tout n'est pas blanc ou noir, tu sais ?
-Encore ta psychologie à deux...
-Grrrrrr WOUAF ! WOUAF !
-Merde, y a quelqu'un.

Les deux hommes, des policiers en patrouille dans le centre commerciale, s'arrêtent devant un magasin. Leur chien a flairé une piste. La tête penchée en avant, les oreilles dressées et les babines retroussées, l'animal montre les crocs. Quelque chose se trame dans l'ombre et son instinct animal en a capté les effluves.

-Passe devant avec Crocdure, j'te couvre.

Le premier, laisse à la main, sort sa lampe torche et rentre dans la boutique. Le second, légèrement décalé par rapport à premier, est en position. Arme de service dans la main droite, poignet posé sur la gauche, lampe torche dans la gauche : il a bien retenu ses leçons à l'école de police. Autour d'eux, les étagères sont remplies de petites culottes, soutiens-gorge et autres lingeries fines. Le cabot s'arrête face à la réserve.

-MCPD ! Montrez-vous sans opposer de résistance !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 44
♦ DCoins : 493
♦ Localisation RP : Métropolis

Feuille de personnage
Points de Puissance: 88
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Mer 29 Avr - 11:49

Forcement c'est couru d'avance, avec ma tenue de labos sous mes vêtements et tout le tralala pour cacher mon identité. Je dois vraiment ressembler à un criminel, enfin, le pire c'est que je le suis. Oui réfléchissez, je suis entré par effraction sur un lieu bouclé par la police pour voler une potentielle preuve quand même. Je ne pense pas que voir sur une vidéo une vague explosion derrière une femme en train d'essayer de la lingerie coquine, soit réellement ce qui va les aider de toute manière. Tout est bouclé, bien sûr que c'est le cas gros malin.

"Bien sûr qu'il l'est, c'est le cas depuis l'explosion d'hier gros malin."

Je ne pense pas que voir sur une vidéo une vague explosion derrière une femme en train d'essayer de la lingerie coquine, soit réellement ce qui va les aider de toute manière. Dans le meilleur des cas pour un pilleur de ruine, enfin rien de valorisant dans tous les cas.

"Je n'ai rien à voir avec l’attentat. Je suis juste venu chercher un objet auquel une de mes meilleures amies à l'hôpital tient énormément."

C'est la vérité, peut-être même avec trop de détails d'ailleurs. Je n'ai pas envie qu'il se rende compte trop vite que je mens mal et je n'ai aucun intérêt à lui faire penser que je suis un terroriste de toute manière. J'allais entendre sa réponse, mais une voix alors le coupe dans son élan. On a surement fait trop de bruit, en plus les aboiements de chien sont la raison évidente de notre découverte par la police. À voix basse à l'autre personne. Je lui dis.

"Je n'ai pas envie d'être arrêté, mais ils ne font que leur travail. Quoi que tu fasses, j'espère pour toi que tu n'as pas l'intention d'y aller trop fort."

Avec un chien pas question de se cacher. Je ne suis qu'un homme normal, je ne sais pas ce que je pourrais faire, mais pas assez normal pour ne pas être dangereux pour eux. Entre ma position et les armes qu'ils ont surement, je suis sûr que les cristaux vont se pointer et ça va forcément dégénérer. Les murs ont surement été affaiblis par l'explosion... Mais pas assez pour partir vite, pas d'autre sortie, forcement c'est une réserve pas une cache secrète. Des conduits d'aération...

"Sérieusement..."

J'ai l'impression d'être dans un gros nanar, mais qui pue bien la réalité. Je me sers d'une des caisses pour atteindre la bouche d'aération en espérant que le mur ne cède pas à mon poids, puis essaye d'entrer dedans. Si monsieur compte partir lui aussi par là, je l'aiderai à rentrer en lui tendant le bras pour le tirer à l'intérieur.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 60
♦ DCoins : 266
♦ Localisation RP : Où le vent me porte.

Feuille de personnage
Points de Puissance: 90
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Lun 4 Mai - 2:52


| Mission : 1ère vague : Daily Planet|
  Alexander J. Mercer
  K.O.N ϟ Wally West

"Bien sûr qu'il l'est, c'est le cas depuis l'explosion d'hier gros malin."


Non mais il se foutait de moi ?! ... Un instinct en moi me disait de bondir sur mes jambes pour lui faire face et répondre à cette petite provocation mais ce n'était pas la meilleure des solutions, j'ignorais toujours qui était ce type alors faire profil bas encore un peu ne serait pas de trop.
Ma tête reposa une fois de plus contre l'une des énorme caisse de stockage. Hier, il avait dit depuis l'explosion d'hier, combien de temps j'étais resté là dessous et pourquoi les secours ne m'avaient pas encore récupéré. D'un autre côté ça m'arrangeait bien, mais cette explosion cachait quelque chose de louche, c'était certain.
La voix de l'homme me ramena dans cette pièce et me fit rouler des yeux avant que je ne me redresse un peu pour essayer d'apercevoir mon interlocuteur. Son explication était ridicule, enfin c'était plutôt sa manière de l'annoncer, mais ça me confortait dans mon premier raisonnement, ce n'était ni un flic, ni un pompier et pas non plus un tueur, ou alors ça serait le criminel le moins doué pour paraître crédible.
Contrairement à l'inconnu, je savais que j'étais suivis ou plutôt que nous étions suivit, mais j'avais eu l'espoir de croire qu'ils ne viendraient pas vérifier ici.
L'aboiement du chien brisa mon illusion. Non mais sérieux on pouvait pas être tranquille 5 minutes.

"Je n'ai pas envie d'être arrêté, mais ils ne font que leur travail. Quoi que tu fasses, j'espère pour toi que tu n'as pas l'intention d'y aller trop fort."

Il n'avait pas tord, et moi non plus je n'avais pas réellement envie d'être chopé même si je n'avais rien à me reprocher.
Un petit soupir quitta mes lèvres tandis que je fixais toujours le mur face à moi. Qu'est ce que j'avais l'intention de faire, c'était une bonne question. Je pouvais toujours essayer de m'enfuir au moment où ils ouvriraient la porte. En poussant un peu sur ma vitesse, ils n'auraient que le temps de distinguer un éclair les bousculant et s'éloignant à toute allure. L'ennui c'est que le seul éclair connu était Flash et donc on viendrait forcément lui mettre ça sur le dos et si en plus on le rattachait à cette explosion ... Je suis pas certain que mon oncle apprécierait. J'imagine bien la scène tiens, ''Oh salut Barry tu sais quand tu m'as dis de rester discret concernant les pouvoirs, ou que tu préfères qu'on parle le moins souvent possible de Flash et que c'est mieux comme ça parce que l'opinion publique ne serait pas que favorable à tout ça... Bah t'es impliqué dans l'explosion du centre commercial de Metropolis, tu m'en veux pas j'espère ?" Ouais, brillante idée.
Des fois j'avais réellement envie de me frapper, et en ce moment même je serrais les poings en jurant entre mes dents. Penser comme Barry, penser comme Barry ... Mais qu'est ce qu'il ferait Barry ? Se rendre et expliquer la situation ? ... Sans façon. Bon, à choisir, autant affronter l'autre inconnu.
En me relevant, mon regard parcouru la pièce sombre jusqu'à voir quelqu'un déplacer une caisse. Sans blague, le conduit d'aération, c'était tellement ... cliché. Ouais ok c'était aussi terriblement cool mais j'aurai d'autres occasion de me réjouir d'avoir pu ''jouer'' aux agents secrets.
L'individu c'était déjà hissé à l'intérieur du conduit et je n'attendis pas plus longtemps pour me hisser à mon tour sur la caisse. En voyant sa main tendue vers moi, je fronçais les sourcils mais finalement, ma propre main se referma sur la sienne jusqu'à ce que je sois à mon tour dans le conduit.
Je pu enfin découvrir le visage de mon ... associé ? Et il était plus jeune que je ne l'avais pensé. Il devait avoir 4 ou 5 ans de plus que moi tout au plus, par contre, moi en revanche je devais passer pour un gamin à ses yeux.
Avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, je fronçais les sourcils en le regardant dans les yeux, parlant à voix basse.

'' Quoi ? On ferait mieux de pas traîner. Se cacher c'est une chose tenter de fuir c'est différent, maintenant on a pas intérêt à se faire chopper. Jsais pas ce qu'il y'a dans ton pc mais ça à l'air assez important alors avance. "

Oui d'une amabilité et très agréable. Je n'avais pas toujours été comme ça, mais désormais c'est ainsi que je me comportais avec presque tout les inconnus, pas très pratique pour se faire des connaissances voir des amis, pourtant quand on me connaissais réellement j'étais un garçon totalement différent.

La porte de la réserve s'ouvrit et deux faisceaux lumineux virent éclairés la pièce, parcourant chaque recoins pendant que le chien sniffait le sol, suivant notre trace. On devait s'éloigner rapidement, le problème c'est qu'une fois dans ces conduits, on ne savait même pas où on allait atterrir et si tout le bâtiment était bouclé sortir de là ne serait pas vraiment évident, d'autant plus que maintenant, les flics avaient du communiquer au reste de leur patrouille, qu'un ou plusieurs suspects se baladaient dans l'établissement. Oui, on était dans la merde, mais maintenant il était trop tard pour faire demi-tour.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 15
♦ DCoins : 41
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Sam 9 Mai - 12:13

XX XX




Alignement : Inconnu
Pouvoirs : Inconnu
PP : Inconnu



1ere vague – Daily Planet



-Personne...
-Grrr... Grrr... WOUAF ! WOUAF ! Grr...

Les deux policiers interrogent le chien du regard. Les crocs dehors et les babines retroussées avec voracité, Crocdure guide ses collègues. Chien policier de qualité, Pur American Staffordshire Terrier, un flair et une vivacité hors du commun. Crocdure est père de six petits chiots. Déjà récompensé à plusieurs reprises pour son travail en situation de crise : Médaille des Honneurs Canins, Meilleur pisteur, l'Ami de l'Homme et la dernière, mais pas des moindres. Celle que tous les canidés s'arrachent, la plus reconnue d'entre toutes, le but de toute une vie de chien.. l'Etoile du Berger. Obtenues à la chopper une année après l'autre, il s'est hissé dans le neck-plus-ultra des chien-policiers et, toujours dans la force de l'âge, a encore de nombreuses heures de gloire. Dans cette perfection, il tend le museau et opère.

Son poil court vibre en inspirant les différentes odeurs de la pièce. Ses yeux se ferment pour mieux se concentrer. En quelques secondes, il analyse la situation. Faisant le tri entre celles de la pièce, de l'explosion, il range les différentes particules et se glisse jusqu'à la vôtre. Les vôtres. Il en repère deux distinctes. Il sait ce qu'il doit faire. Penchant son cou en avant, il renifle et suit votre trace pour finalement arriver devant un conduit.


-Mince ! *djek... Capitaine, nous avons un suspect en fuite dans les conduits.
-Ou ça...
-Prêt du "Jenn'". Crocdure a senti un truc dans la réserve. Le conduit est ouvert. On fait quoi ?
-Mmh... Essayer de suivre l'instinct du chien, j'vous envoie de l'aide.
-Bien Capitaine.

//////

Toujours dans les conduits, avançant à l'aveuglette, vous parcourez ce labyrinthe métallique. Les boyaux d'aciers s'entremêlent géométriquement autour de vous. Garder un cap là-dedans est difficile, on peut perdre rapidement toute orientation et spécialement lorsqu'on n'a pas étudié les plans. La nuit et l'obscurité des canaux de fer n'aident en rien à votre progression.
Centimètres par centimètres, vous avancez péniblement dans les couloirs étroits et les étages. Étroits ? Au début en tout cas. Petit à petit, tout en descendant, ces derniers s'élargissent, grossissent pour finalement atteindre une taille presque agréable. La raison ? Sans le savoir, vous êtes arrivés dans le circuit de ventilation. Coup du destin, vous tombez face à un obstacle :
Devant vous se dresse un ventilateur d'une taille non-négligeable. Ses palmes tournent à une allure modérée et passer semble possible si le tempo est bien géré. L'erreur ? Je n'en parle pas, mais les hôpitaux sont en crise et qui vous trouverez dans ces tuyaux à part Crocdure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♦ Messages : 44
♦ DCoins : 493
♦ Localisation RP : Métropolis

Feuille de personnage
Points de Puissance: 88
Liste des Aptitudes & Niveaux:
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   Sam 9 Mai - 13:24

Pendant ce temps-là dans les conduites de ventilations...

"J'ai déjà eu des idées stupides, mais je dois avouer que celle-ci bat des records..."

Cela fait un moment qu'on erre dans ces couloirs de métaux et le fait que cela s'agrandisse est quand même une bonne chose. Ramper, c'est tellement cliché.

"Tu t'en sors derrière ? Pas trop de bobo ?"

Quand soudain... Le ventilateur. À ce moment-là on peut presque être côte à côte... Enfin il est encore dernier, mais au moins je ne couvre pas toute la largeur. J'utilise mon portable comme une lampe torche, une fonction utile, mais qui bouffe bien violemment les batteries quand même.

"J'imagine que ça serait naïf de penser qu'on peut le désactiver d'ici ?"

Je souffle un bon coup, ils doivent nous suivre, si ce n'est pas à l'odeur, ça doit être au bruit. Les conduites ne sont pas spécialement faites pour être empruntées par deux jeunes hommes et la masse que ça implique surtout avec l'événement de la bombe. J'observe la vitesse du ventilateur, avec de la chance et en comptant bien, on pourrait passer, mais ça serait aussi outrageusement dangereux.

"Si tu as une idée n'hésite pas à la dire, car, franchement, j'aimerais éviter d'y aller à l'ancienne."


J'aimerai surtout éviter que mes cristaux pointent le bout de leur gueule minéral, en plus de faire un vacarme du tonnerre ça pourrait percer la conduite et rameuter tous les policiers des environs. Pendant ce temps-là, j'observe attentivement le ventilateur dans le but de trouver ce qui l'alimente et de couper cela si c'est possible.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mission : 1ère vague : Daily Planet   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission : 1ère vague : Daily Planet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission : 1ère vague : Daily Planet
» act 3 la mission
» [Boutique] La 1ère vague HERO Factory 2012 sur Lego.fr
» Métropolis - ComebacK
» [Produit] BIONICLE 2015 : les ensembles de la 1ère vague enfin disponibles !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World's Finest :: Metropolis :: Downtown-